La grande discussion des Maternelles de lundi était dédiée à l'accouchement à domicile. Elle est disponible .

Edit du 28/11:
Après visionnage, j'ai bien aimé les interventions des deux professionnels, la sage-femme et le médecin, la façon dont a été abordé le "choix" que nous avons toutes pour la naissance de nos enfants, pour cet évènement qui est naturel et intime, qui n'est "qu'une histoire de famille" après tout. Je me serais bien vue sur le plateau pour expliquer mes motivations, j'ai l'impression que mon cas, à savoir avoir ce projet si tôt dans la grossesse et pour un premier enfant, est assez rare.
J'ai halluciné de voir l'animatrice tomber des nues en apprenant que l'épisiotomie ne servait à rien... !
Mais j'ai aussi été déçue qu'à aucun moment (ou presque) ils n'abordent les problèmes que rencontrent au quotidien les SF qui font les AAD, et les parents qui en font le projet. Il a bien été dit qu'il n'y avait que 60 SF en France qui pratiquaient l'AAD, mais si leur nombre est si faible c'est peut-être qu'il y a des raisons... Si ma SF nous a recommandé de ne pas parler de notre projet à trop de monde, c'est parce que dans notre ville les "professionnels" de la naissance sont très remontés contre l'AAD, et quand ils entendent parler d'un projet de ce type, ils se fendent d'un courrier au couple et à la SF pour faire pression sur eux et les faire paniquer. J'ai personnellement une trouille bleue de devoir terminer le travail à l'hôpital, et d'y être très mal reçue, comme en témoignent certaines mamans sur le net.
J'ai aussi été déçue que les protocoles hospitaliers soient si vite évoqués, même si je sais bien que le but de la discussion n'était pas de convaincre toutes les futures mamans, et surtout de ne pas faire le procès des maternités "usines à bébés". Je pense que si l'émission avait été animé par Maïténa comme il y a quelques années, ils seraient allés beaucoup plus en profondeur dans les problèmes juridiques et culturels soulevés par l'AAD (je me souviens qu'elle était très "on a encore des progrès à faire").

Voilà, c'est à peu près tout. En tout cas c'est très positif d'entendre parler dans une émission grand public de quelque chose qui touche aujourd'hui moins de 1% des futures mamans. Espérons que ça aide à faire évoluer les mentalités...