J'ai pas mal de difficultés à comprendre Margaux, depuis quelques semaines. Est-ce l'arrivée du "terrible two" ?, toujours est-il que chaque micro-situation est susceptible de dégéner en cris et hurlements, à grand renfort de "pousse-toooooi !" et "ça suffit !" (ce dernier étant proféré aussi bien par moi que par elle, ce qui dans ce dernier cas provoque immancablement un éclat de rire que je tente tant bien que mal de réprimer, parce que bon, quand même, la situation est grave présentement).

Bien que je tente toujours de me mettre à son écoute, de reformuler ce qu'elle voudrait (même si c'est pas possible, parce que des fois ben y'a vraiment pas le choix, non on NE PEUT PAS partir de chez nounou avec les chaussons de la copine aux pieds, s'pas possible on a dit), et la fatigue n'aidant pas, je me transforme assez facilement en maman-dragon, et j'ai horreur de ça. Même si je sens bien que se joue quelque chose en rapport avec ma propre histoire, parce que je fais parfois volte-face très rapidement, quand je vois que je n'arrive pas à la calmer assez rapidement à mon goût... Bref.

Ce matin, après une nuit bien courte (mère et fille se sont couchées à 22h, c'était la fête hier y'avait le dernier atelier couture de l'année avec les "poupines", j'ai embarqué la louloute avec moi faute de présence du papa, et je ne regrette pas parce qu'après une petite 1/2 heure de timidité, elle n'avait plus besoin de moi pour aller chiper des "chip" et finir par se mettre presqu'à poil - j'ai décidé qu'il était temps de partir quand elle a commencé à vouloir virer la couche qui était archi pleine d'un gros caca alors que je n'avais pas prévu de rechange), avec 1 seul réveil de sa part mais de grosses insomnies pour moi (la faute à un entretien d'embauche qui ne s'est pas vraiment déroulé comme j'en aurais rêvé), nuit écourtée donc, par un couché tardif et un réveil bien matinal (j'avais pas l'heure mais elle s'est levée avant 6h, et m'a sortie du lit à 6h10), et ben on va dire que j'avais pas un stock de patience rempli à ras bord, c'est le moins qu'on puisse dire.

Et donc, après une première crise parce que non, je n'étais pas d'accord pour la laisser se couper elle toute seule son bout de fromage avec un couteau à steack (oui, la demoiselle a l'habitude de nous demander du "momage" en se levant, on cherche pas à comprendre), j'avais un peu envie de prendre mon p'tit dèj' tranquilou, juste un peu. Et donc j'ai craqué, j'ai ouvert le PC, et je l'ai collée devant ça :

Elle a bien accroché. Moi j'ai redécouvert avec plaisir un souvenir d'enfance, et j'ai pu me rendre compte que c'était bien raccord avec mes attentes, c'est cool.

Mais quand même, j'ai craqué... Ma foi, on fait d'son mieux ma pov' Lucette !