Aloooors, ce petit week-end ?? Et bien...

... ça c'est très très bien passé !

De notre mon côté, pas de coup de blues, pas d'inquiétude du style "tu crois que ça se passe bien pour elle ?", il nous a même fallu nous forcer à faire une pose pour prendre le temps d'appeler et avoir des nouvelles (hooou parents indignes ! mais non, voyons, nous étions simplement tout à fait confiants).

Du côté de la puce, elle était tellement bien entourée qu'elle n'a pas eu le temps de s'ennuyer : il faut dire que sa présence avait réussi à rallier ses tatas ET son arrière-grand-mère, on peut dire qu'elle n'était pas abandonnée ! Entre 2 gouttes de pluie, elle a pu aller faire de la balançoire avec Mamie "tout court", et faire un tour gourmand du jardin avec Papi :

chez_papi

Et... côté nuit ? 2 réveils la première nuit, facilement gérés. La nuit suivante... NUIT COMPLÈTE !! Juste un réveil au petit matin attristé par l'impossibilité de pouvoir téter, mais vite réconforté par un câlin entre Papi et Mamie. Du coup, elle a dormi sa 3e nuit (encore complète) dans la chambre de ses grands-parents (nous arrivions au train à plus de 23h), et a été totalement abasourdie de retrouver son papa au petit-déjeuner.

Gros gros câlin de retrouvailles, ça c'était le meilleur moment ;-)

Là où on a mal joué, c'est qu'on arrivait hier matin à Lyon vers 10h, et qu'on avait prévu d'emmener Margaux chez sa nounou avant le déjeuner. Du coup elle a eu énormément de mal a requitter son papa. Et je dois dire que même pour moi c'était un peu dur de devoir repartir au boulot si vite.

Et hier soir, et bien... j'ai forcément essuyé le contre-coup. Surtout qu'on a dû courir 2 fois à la pharmacie, donc beaucoup de temps perdu à ne pas être vraiment avec elle. Le dîner a été sportif, évidemment. Mais la nuit a été moins pire que ce que je craigniais : un réveil un peu difficile vers 1h30, puis un autre à 6h30 après lequel elle a encore dormi 45mn. Oserais-je rêver de nuits complètes pour bientôt ??

Et côté allaitement, aucun problème : dernière tétée le vendredi au lever, et la suivante a eu lieu dans le train du retour le lundi matin. Puis une bonne grosse tétée-câlin hier soir avant le coucher. Aucune tension entre-temps. En préparant ce week-end, je craignais que cette séparation ne mène à un sevrage forcé, je suis rassurée que ça n'ait pas été le cas. Même si je ne tiens pas à poursuivre l'allaitement à tout prix, même si j'étais prête à ce que s'arrête, j'aurais été ennuyée pour Margaux que le sevrage ne se fasse pas à son initiative.

Bref, bilan global très positif. Et les grands-parents étaient eux aussi enchantés, Margaux est si "facile", pour eux on recommence quand on veut (et mon petit doigt me dit qu'on se ferait bien quelques jours à Paris en amoureux autour de Noël...).