Je suis en train de lire "Comment aider l'enfant à devenir lui-même?", de François de Singly. Cet auteur est sociologue, et ça fait du bien de lire un livre sur l'éducation qui ne soit pas rempli des injonctions psy dont on nous rebat les oreilles à longueur de temps.

Il y a une phrase (entre autres) qui m'a marquée : "La modestie est une nouvelle qualité parentale qui se situe entre le commentaire envahissant et le risque d'indifférence". Quelques lignes plus haut, il évoque l'intérêt d'avoir une relation "élastique" avec son enfant : "Pour un enfant, devenir soi-même requiert alternativement la présence et l'absence de ses parents, qui doivent accepter ce mouvement".

Son discours traduit bien toute la complexité d'être parent aujourd'hui, à l'écoute de son enfant, cherchant à être présent pour répondre à ses besoins, tout en lui laissant la liberté d'avancer à son rythme et dans la direction qu'il souhaite.

Vaste programme, n'est-ce pas ?

Ceci était un petit interlude en attendant que je fasse le tri dans mes pages et mes pages de notes au sujet d'Elisabeth Badinter ; j'espère que d'ici la fin du week-end j'aurais réussi à me poser.